picto

8 bis boulevard Guy-Marie Riobé - 45000 Orléans

picto

02 38 43 97 72

Vivre Ensemble

En Novembre 1911, Madame MARTENOT-VAYSSIE offre au cardinal TOUCHET un immeuble situé au « 3 bis et 3 ter rue Croix-de-Bois » (actuellement école catholique Saint-Paul).

Le Cardinal charge l'Abbé GUILLON, alors vicaire à Notre-Dame de Recouvrance, de fonder une Oeuvre d'orphelins. L'Abbé GUILLON cherche une directrice qu'il trouve en la personne de Mme Vve ESCALE (M. ESCALE était décédé presque subitement sur le parvis de la cathédrale en 1910). L'oeuvre débute avec 33 enfants.

En avril 1915 , Mme ESCALE, lors d'un pèlerinage à Lourdes, fait connaissance de religieuses et prend l'attache du Père COLOMBIER, fondateur des Oeuvres d'Albi. Elle obtient de ce dernier deux Soeurs et peut ainsi, malgré sa santé fragile, reprendre ses activités charitables. Installation au « 54 rue de Bourgogne », puis au « 121 faubourg de Bourgogne » à la maison des lazaristes. En février 1919, l'Oeuvre s'installe « 60-62 et 64 rue Eugène-Vignat ».

En décembre 1924, 72 enfants et quelques grands font leur apprentissage en ville. En mai 1932, acquisition d'un terrain contigu.

En avril 1937, inauguration du nouveau bâtiment, d'un préau et d'une cour. Le bâtiment à usage polyvalent comporte un dortoir de 40 lits. En 1944, sinistre partiel des bâtiments. Reconstruction.

Construction de la chapelle dédiée à Sainte Thérèse, don de la famille PLISSON.

L'Œuvre acquiert le chantier voisin d'un marbrier, y fait construire une salle à usage multiple. Les religeux d'Albi prennent la succession de l'Abbé GUILLON et de Madame ESCALE.

L'oeuvre continuait de vivre avec la générosité des Orléanais qui finançaient.

L'Orphelinat Jeanne d'Arc devint l'Oeuvre Jeanne d'Arc reconnue d'utilité publique par décret du 10 décembre 1962.

Elle a accueilli jusqu'à 90 enfants, scolarisés en partie à l'intérieur de l'établissement qui possédait son école libre, rattachée à l'enseignement catholique diocésain.

La scolarisation des enfants à l'extérieur s'avéra de plus en plus souhaitable et les jeunes sont maintenant placés en divers établissements de la ville. Seule demeura quelques temps une classe de perfectionnement qui, pourtant, aurait toujours son utilité.

Les évolutions

L'oeuvre Jeanne d'Arc au service de la jeunesse

Au service de la jeunesse, l'Oeuvre Jeanne d'Arc se consacre plus particulièrement à l'éducation, à la formation et à l'inserti on professionnelle de jeunes en difficulté.

Cette évocation lui a valu d'être reconnue d'utilité publique, mais son expérience socio-éducative est le fruit d'un héritage qui remonte à une date bien antérieure.

Association loi 1901, elle résulte en effet d'une fusion survenue en 1969 entre d'une part l'Orphelinat Jeanne d'Arc qui avait ouvert en 1911 à la faveur d'un don et le patronnage Saint Joseph d'autre part, fondé en 1840 par Ludovic COLAS des FRANCS, deux institutions forts appréciées à Orléans et dans la région.

Assurément, l'expérience de cette association ne date donc pas d'hier, et une foule de jeunes s'en sont déjà partagé les bienfaits.

L'Œuvre Jeanne d'Arc gérait un internat d'une quarantaine de garçons et filles d'âge scolaire dans les anciens locaux de l'orphelinat de la rue Eugène Vignat, ainsi que le foyer Saint-Joseph, qui héberge une trentaine de jeunes adolescents dans le vieux « patro » situé derrière la cathédrale Sainte-Croix.

 L'oeuvre Jeanne d'Arc ouvre une résidence séniors adjacente à une crèche

En 2007, l'association modifie son activité et se lance dans un nouveau projet architecturale. En effet, après plusieurs mois de réflexion et de travaux l'Oeuvre Jeanne d'Arc se voit construire un bâtiment comportant une résidence services de 90 logements pour y accueillir des retraités ainsi qu'une crèche de 30 berceaux grâce au soutien de la mairie d'Orléans.

C'est en janvier 2017 que ce concrétise ce beau projet avec l'ouverture de la résidence Jeanne d'Arc et de la Crèche Pomme d'Api appartenant à la Maison Bleue. L'objectif est de mélanger les générations, favoriser le lien entre les personnes dans un cadre adapté aux fragilités de chacun et des espaces chaleureux. 

 

tel
ombre